Comment communique le chien ?

Pour communiquer, le chien dispose de différents moyens :

sa voix :
elle constitue le langage para verbal


son corps l'espace ses odeurs :
ils constituent le langage non verbal

 

Comment le chien utilise ces différents éléments pour s'exprimer ?

 Sa voix 

Le chien peut émettre des vocalises, mais aussi des grognements qui seront différents en fonction de son émotion. S'il a peur, il va grogner, voire aboyer sur un ton menaçant (souvent par un son grave et intense) ; à l'inverse, s'il veut jouer, ses aboiements auront un son plus aigu et leur cadence sera différente.

Les aboiements tels que nous les connaissons, intenses et fréquents, sont peu courants en milieu naturel. En effet, un chien (ou un loup) qui aboie permet à ses proies potentielles de le localiser et donc de s'en éloigner pour ne pas être capturées. Dans ces conditions, les chiens sauvages ont plus recours au grognements, moins bruyants et souvent tout aussi efficaces que des aboiements.

Pour les animaux, les mots (qui constituent le langage verbal) n'ont de sens que lorsque nous leur avons appris ce qu'ils doivent signifier pour eux. Le chien ne connaît le mot "non" qu'à partir du moment où il l'associe avec son aspect négatif (menace, sanction latente). On parle dans ce cas de langage para verbal. Les humains utilisent également ce langage, souvent inconsciemment, pour appuyer les mots (intonation, son plus ou moins fort, aigu, etc.).

 Son corps 

Pour rendre l'expression vocale plus claire ou tout simplement pour s'exprimer sans bruit, le chien adopte, toujours en fonction de son émotion, une attitude corporelle donnée. Pour cela, il utilise tout son corps, à savoir :

La queue

Pour le chien, elle est un élément très important de la communication. En effet, c'est sous la queue que se trouvent les glandes annales du chien, lesquelles diffusent la "carte d'identité" et l'état émotif du chien (cf. Ses odeurs).
Le premier indice concernant la queue est la cadence du battement : si elle bat vite, l'individu qui se trouve en face sait à qui il a à faire en sniffant son odeur ; si, en revanche, elle reste immobile, cela signifie que le chien ne veut pas que son émotion soit trahie, il l'exprime en ne diffusant pas ses odeurs.

Le second indice de communication par la queue est sa position :

attitude d'un chien sûr de lui et intéressé par ce qu'il voit (ou entend ou sent) :

attitudes liées à une menace grandissante face à un individu, avec assurance

attitude neutre

Attitudes liées à la peur : de la menace ambivalente à la soumission totale


La tête

Les mimiques faciales sont souvent celles que nous voyons le plus, sans pour autant savoir ce qu'elles signifient. Or, elles sont aussi importantes que les autres éléments de communication. Ces mimiques se décomposent en 3 parties :

les yeux : comme nous, le chien exprime ses intentions avec son regard

les oreilles : en fonction de leur position, elles sont, après la queue, un second élément montrant que le chien a peur, est intéressé ou menace (cf. dessins ci-dessous)

la gueule : l'attitude de gueule que nous comprenons souvent le mieux est la menace, tous crocs dehors. Mais d'autres attitudes expriment aussi bien les intentions du chien (cf. dessins ci-dessous)

attitude d'un chien sûr de lui et intéressé par ce qu'il voit (ou entend ou sent)


attitudes liées à une menace grandissante face à un individu, avec assurance


attitudes de menace, l'assurance se transformant en peur (ambivalence)


attitude neutre


Attitudes liées à la peur : soumission de plus en plus claire


 L'espace 

En plus de la tête et de la queue, le chien, par son attitude générale, se fait comprendre de l'autre individu : poils dressés ou non, chien se couchant ou au contraire se grandissant pour prendre plus d'espace. Quelques exemples :



Attitude de menace

Le chien se grandit, prend un maximum d'espace (queue droite et haute, poils dressés de la nuque à la queue, oreilles dressées vers l'avant, crocs dehors) pour montrer son assurance


Attitude ambivalente : peur + menace

D'un côté, le chien menace (crocs dehors), mais parallèlement il exprime sa peur (oreilles en arrière, queue qui s'abaisse jusqu'à disparaître sous le ventre)


Attitude d'appel au jeu

Le chien frétille de la queue, abaisse les antérieurs, oreilles dressés, regard vif et, le cas échéant, aboiements pour entraîner l'autre individu à jouer avec lui


Attitude de soumission totale

Le chien est couché (prend le moins d'espace possible), voire se met sur le dos, oreilles en arrière, regard détourné, queue sous le ventre et, parfois se fait pipi dessus pour montrer à l'autre combien il accepte sa position de dominé face à lui

 Ses odeurs 

Les urines et selles sont pour le chien un autre moyen de faire connaître aux autres son état émotif (assurance, peur).
En ce qui concernent les selles, elles entraînent les odeurs émises par les glandes annales (situées sous la queue).

L'utilisation de l'urine pour délimiter "son" espace est très fréquente pour les mâles (mais existe bien sûr aussi chez les femelles) : ils urinent sur tous les poteaux et arbres en levant plus ou moins la queue. En fonction du lever de patte, l'urine ira plus ou moins haut sur le poteau et sa hauteur indique aux autres individus son degré d'assurance. Ainsi, un chien apeuré ne va que peu lever la patte pour uriner et ne faire qu'à un ou deux endroit. Parallèlement, un chien très sûr de lui va lever la patte très haut et uriner sur tous les endroits hauts qu'il trouve.

Certains chiens utilisent aussi les odeurs de leur corps en grattant le sol après avoir fait leurs besoins, en se roulant par terre, en se frottant contre un arbre ou un mur, etc.

1701980 visites depuis oct 07 - mise à jour : 06-05-21

©2021sylvie ducret

mentions légales

réalisation MiD