17, 12 et 19 septembre 2021 :: salon Bi'Obernai
Je serai présente au salon Bi’Obernai qui se tiendra les 17, 18 et 19/09/2021 de 10 h à 19 h pour vous conseiller en ma qualité d’éducateur canin et comportementaliste, que ce soit pour l’achat ou l’adoption d’un chien ou pour résoudre des problématiques que vous vivez avec votre ami à poils, à la maison et / ou en balades. Je pourrai aussi vous présenter les produits LUPOVET (pour les chiens) et CATSMOUSE (pour les chats), qui bénéficient tous deux d’une éco-certification européenne et sont des produits sans chimie, sans céréales néfastes (ni maïs, ni blé) et répondent aux besoins nutritionnels de vos amis à 4 pattes

Voir toutes les nouvelles...

Alimentation pour chiens Lupovet Alimentation Catmouse pour chats

Ma revue de presse


Reportages télévisuels sur mon activité


Est Républicain du 15 avril 2007

Tout sur les toutous

Au salon Animalia, deux comportementalistes conseillent les propriétaires de chiens


On attend 7.500 visiteurs sur les deux jours.

338 chiens, 10 chatons et quelques lapins nains attendaient hier, au Parc des Expositions, leurs nouveaux maîtres. Le salon Animalia, qui se poursuit aujourd'hui jusqu'à 19 h, rassemble 32 éleveurs de toute la France qui présentent une soixantaine de races sur les 420 reconnues par la Société centrale canine. Bouledogues, rottweilers, boxers, sharpeï, bull-terriers standards et miniatures, bouviers bernois, cavaliers King Charles, cockers américains, dogues de Bordeaux, samoyèdes, shi-tzu... avec ou sans pedigree sont à vendre de 350 à 1.500 euro, selon les espèces. Dans le même hall, on peut se procurer de la nourriture canine, des laisses et colliers. Organisateur du salon, Rémi Girardeau, espère, sur les deux jours, autant de visiteurs que l'an dernier, c'est-à-dire 7.500.
Les dix chatons et 50 % des chiots devraient trouver preneurs. Hier, Stéphanie et Fabien de Sommerviller étaient venus avec leur fillette pour acquérir éventuellement un second bouvier. Ils se sont fixé un budget de 1.200 euros. Leur premier animal leur coûte, chaque mois, 54 euros en croquettes. Elle est agent de service et lui électricien. L'achat d'un second animal représenterait près de la moitié de leur revenu mensuel.
L'entretien d'un animal de compagnie a aussi un coût les frais de vétérinaire, voire d'un comportementaliste, si besoin.

A défaut d'être véto

Sylvie Ducret Comportementaliste canin en AlsaceIls sont deux sur le salon, sortes de psychologues de la gent canine. Sylvie Ducret, 34 ans, est installée en Alsace à Schiltigheim. Depuis sa plus tendre enfance, elle a toujours aimé travailler avec les chiens. « J'ai toujours fait tout ce que j'ai voulu avec eux. J'aurais souhaité être vétérinaire, mais j'étais nulle en maths. » Pourtant, elle a travaillé comme comptable durant 10 ans. Parallèlement, elle dressait son chien - un golden retriever - au sein du club canin. Elle a décidé de suivre un stage d’éducateur canin à la Société centrale canine mais a abandonné au bout de quelques mois parce que la méthode ne lui convenait pas. Elle a préféré prendre conseil auprès de Michel Chanton, éthologiste reconnu, auprès de qui elle a suivi un stage de moniteur d'éducation canine et une formation de comportemen­taliste.

 

« Avant d'être un labrador ou un cocker, un chien est d'abord un chien. Tous ont les mêmes codes de communication, les mêmes rituels de menace, de soumission. Un chien, quel qu'il soit, va interpréter les comportements humains en globalité, de la même manière. Ensuite, en fonction de sa personnalité, il saura ou non s'adapter à l'environnement. La taille du chien ne fait pas sa spécificité, mais il y a des aptitudes naturelles en fonction des races. Un chien de chasse a un instinct de chasse plus relevé qu'un chien de compagnie, un chien de berger aura tendance à vouloir rassembler le troupeau ou la famille et le labrador, contrairement au boxer, a une aptitude à porter tout ce qu'il trouve. Quand on prend un chien, on peut avoir des difficultés à se mettre à la hauteur de ce que l'animal peut comprendre », explique Sylvie Ducret. Il y a deux courants chez les comportementalistes : ceux qui ne voient pas l'animal et ceux  qui se rendent à domicile. Sylvie Ducret appartient à cette seconde catégorie.

« Quand j'arrive chez les gens, l'attitude du chien me renseigne. J'aide les gens à se faire mieux comprendre par leur chien et pas l'inverse. Le premier entretien dure deux à trois heures durant lesquelles je recherche la ou les causes du problème. J'aiguille les propriétaires et je fixe un second rendez-vous, un mois plus tard, pour faire le point. Je facture à l'entretien: 130 euros pour les deux séances (80 pour la première et 50 pour la suivante) ». Quand le chien mord, c'est souvent parce que son maître montre les crocs.

Didier HEMARDINQUER  Animalia, au parc des Expositions, ce dimanche de l0 h à l9 h

1701985 visites depuis oct 07 - mise à jour : 06-05-21

©2021sylvie ducret

mentions légales

réalisation MiD